IMG_20141110_195305~2

Z'avez vu ce petit chat qui essaie de passer inaperçu parmi les bouquins?! Des fois qu'on le prendrait pour une déco...

 

Une fois n'est pas coutume, je vous écris aujourd'hui pour vous parler d'un roman.

Ceci est toujours un blog couture, détrompez-vous, ce billet sera lui aussi orienté couture, je ne me transforme pas en critique littéraire (il y aurait du boulot..!). Néanmoins, pour celles et ceux que les livres laisseraient de marbre, passez votre chemin ☺.

En ce moment, j'ai pas mal de temps à tuer dans les transports, c'est l'occasion rêvée pour bouquiner (et pour tricoter, mais on y reviendra plus tard...), activité parfaite pour s'évader et penser à autre chose qu'au boulot, aux gens tristes entassés dans les transports, à la grisaille parisienne... 

 

Après avoir lu Le Club des Incorrigibles Optimistes (et oui, il faut ce qu'il faut pour le garder justement, l'optimisme!) de Jean-Michel Guenassia, cadeau de Monsieur suite à une chronique littéraire de Juliette (livre super au passage, qui raconte avec un certain humour la vie d'un adolescent français et même parisien, dans le contexte de la guerre d'Algérie, je vous le conseille chaudement, je ne me suis pas ennuyée un seul instant malgré ses presque 800 pages), je me suis plongée dans la bibliographie de Tracy Chevalier.

J'avais lu il y a longtemps La Jeune Fille à la Perle, que j'avais adoré, je crois d'ailleurs qu'il est en très bonne place dans la liste de mes romans favoris. Puis La Dame à la Licorne, qui raconte l'histoire de la création de la tapisserie éponyme, tout comme le premier raconte l'histoire qui se cache derrière un tableau de Vermeer.
Celui-ci étant tout aussi réussi, j'ai donc poursuivi récemment avec Prodigieuses Créatures, qui raconte les débuts de la paléontologie, et l'histoire d'une jeune chasseuse de fossiles au début du XIXème siècle. Roman très sympathique sans toutefois égaler les deux premiers à mon sens, mais qui m'a fait passer un très bon moment. J'ai ensuite lu L'Innocence (toujours de Tracy Chevalier, hein, on ne change pas une équipe qui gagne) qui retrace la vie de Londres à la fin du XVIIIème siècle, juste après la Révolution française. On y fait également mention de la fabrication de boutons, à partir d'un anneau de métal que l'on gaine de fil, et dont l'intérieur est tissé selon plusieurs modèles variés. Très intéressant à lire, on s'imagine ces petits boutons pleins de charme, créés minutieusement par les couturières.


Et enfin, on en vient au sujet de cet article, le dernier roman de Tracy Chevalier : La Dernière Fugitive.
L'histoire se déroule au début du XIXème : une jeune Anglaise, Honor Bright, émigre aux Etats-Unis avec sa soeur. Dans les traditions de l'époque sont évoquées la nécessité d'apporter un certain nombre de quilts en guise de dot lors des mariages. Tout au long du roman sont décrites les étapes de la confection de ces quilts - ou courtepointes-, depuis le choix des étoffes, jusqu'au matelassage (à la main, quel boulot!), en passant par la préparation soigneuse de gabarits en papier qui serviront à réaliser des formes à assembler pour créer de jolis motifs tels que l'étoile de Bethléem (inculte que je suis, je n'avais pas fait le rapprochement avec les Rois mages), ou étoile à 8 branches. Chaque séance de couture est joliment décrite, et on imagine le festival de couleurs que ce doit être, la beauté et la finesse des outils utilisés, la boîte à couture si précieuse de l'héroïne, et ces morceaux de tissus collectionnés avec soin et passion. Honor participe également à la confection de chapeaux au début de son installation aux Etats-Unis, et là encore, chaque étape de création est décrite avec précision. On plonge sans peine dans cet univers fabuleux où le fait-main est roi, au coeur de cette boutique qui regorge de chapeaux tous plus colorés les uns que les autres, ornés de rubans, de fleurs brodées, de galons... Aaaah, difficile de relever la tête pour ne pas louper l'arrêt de tram/métro/bus (rayez la mention inutile, ah, heu, yen a pas en fait..!), et dur dur de revenir à la réalité!

 

 En espérant vous avoir donné envie de découvrir ou redécouvrir cet auteur, je vous souhaite une très belle après-midi... Pour ma part j'attends avec impatience la fin de celle-ci pour me replonger avec délice dans mon bouquin/tricot (c'est selon!) laissé en suspens. En plus après, c'est le week-end, youpi !!

Allez, la prochaine fois, promis, ce sera vraiment de la couture ☺.